ACTE DE FOI

God2-Sistine_Chapel

Je sais, j’ai été négligeant. Je n’ai pas écrit depuis longtemps. Les sujets ont été nombreux:

  • achat du Canadiens par les Molson et Bell.
  • le retour de Tim Horton au Canada
  • la St-Jean Baptiste vécue sur la côte ouest
  • l’ouverture de l’entrepôt…

Des sujets tellement palpitant que tout a été dit…

Je m’excuse donc de ne pas avoir été présent ces dernières semaines…

******

 

Ma chronique d’aujourd’hui porte sur l’Acte de foi. Je ne parle pas de la prière de l’Église Catholique. C’est un ami avec qui j’ai fait de la randonnée ce lundi qui m’a fait réfléchir à ce sujet…

Je parle du phénomène par lequel on fait confiance sans trop savoir pourquoi. Que tout est fondamentalement honnête.

Je m’explique.

Un pont, un viaduc: vous ne vous questionnez pas à savoir s’il est solide ou s’il vous tomberas dessus.

Un médecin: vous ne le soupçonnez pas d’avoir consommé de la drogue avant votre chirurgie.

L’employé de restaurant: vous vous dites qu’il s’est bien lavé les mains avant de vous servir votre café.

Vous comprenez le principe?

******

Je reviens donc à la randonnée. Nous somme quatre copains de travail qui désirent monter le Ground. 

Un d’entre eux, homme fin quarantaine, qui aime beaucoup Vancouver. Décide, comme beaucoup de gens, d’essayer la montée du Grouse Grind.   C’est parti!

Il débute l’ascension 10 minutes avant nous, confiant qu’il est en mesure de faire la randonnée. (10 minutes parce que j’étais un peu en retard)

Sa perception de la randonnée provient de commentaires de gens disant que c’est difficile ou  disant qu’il ne réussirait pas.

Je débute ma randonnée et le rattrape une quinzaine de minutes plus tard… il est là assis sur une souche et attends. Il dit:

Je ne peux pas… I’m done! je redescends

Je ne serai jamais capable!

C’est à ce moment là que son acte de foi envers lui-même a pris le bord.

  • Il n’était pas réaliste de s’attaquer à cette randonnée?
  • sa condition physique l’en empêchait?

des pensées qui lui ont surement traversé l’esprit et je reste poli.

J’ai laissé les deux autres copains poursuivre leur chemin et je suis resté avec lui.

Je lui ai demandé quel était son but?

Il voulait monter le Grouse, vivant!… j’ai dit OK! let’s do it together!

Ses yeux sont devenus comme des billes… Il pouvait dire non et redescendre et attendre 1 heure dans la voiture ou marcher devant moi et prendre un peu plus d’une heure à son rythme. Il a décider qu’il pouvait le faire.

Mon acte de foi envers ses capacités devenait la sienne, s’il avait dit non je retourne, j’aurais été déçu. Il est capable de mettre un pied devant l’autre et de recommencer pour les 900 m restant.

Il a réussi en 1h45 minutes. J’ai attendu. Je l’ai encouragé. Il l’a fait à son rythme.

Il était heureux et fiers et je l’étais aussi pour lui!

Son acte de foi a été récompensé et la mienne envers lui aussi!

********

Ce qui me frappe dans toute cette réflexion est lorsqu’on se retrouve face a quelqu’un ou quelques choses qui s’écrase ou qui semble malhonnête on dit qu’il est de mauvaise foi et on est déçu.

Coïncidence? je ne crois pas.

Enfin, je ne deviendrai pas paranoïaque pour autant. L’acte de foi, nous réserve de bonnes et de mauvaises surprises.

C’est la vie! Alléluia!

P.S: Bonne fête Canada!

Leave a Reply

*

Catégories
Mois
.